Eh oui! À mon avis, la planification financière est un domaine mal compris et sous-estimé. « Ça doit être vraiment plate ton travail. » Ou « Je ne comprends pas que tu puisses aimer ça. » C’est ce que j’entends généralement lors de ma première rencontre avec de nouveaux clients. Cela me fait bien rire! Les gens pensent de cette façon sans doute parce qu’ils ont tendance à associer le domaine financier à une image spécifique : look de banquier et personnalité « beige ». Personnellement, je crois que la compétence n’est pas garantie par le recours à un personnage. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’on est compétent qu’on est obligé de s’en faire croire! Une de mes grandes motivations, notamment avec ce blogue, est donc d’humaniser mon travail et de rendre accessible un domaine que tout le monde gagnerait à connaître davantage. J’en fais ma mission!

Écrire pour parler finances

Du plus loin que je me rappelle, j’ai toujours aimé écrire. Dès l’école primaire, j’excellais dans ce qu’on appelait alors les « compositions écrites ». Je faisais pleurer ma grand-mère Jeanne avec mes vœux dans ses cartes de fête… C’est d’elle d’ailleurs que je dois avoir hérité cet amour de l’écriture; elle qui a tenu un journal pendant une longue partie de sa vie.

Il est donc naturel pour moi d’avoir envie de communiquer avec ma clientèle, d’avoir envie de partager des connaissances et de susciter des débats sur un sujet qui m’anime

Puisque j’espère vous compter parmi mes lecteurs, je me permets ici de me présenter un peu!

D’où me vient l’entrepreneuriat ?

Croyez-moi, jusqu’à ce que je comprenne que l’entrepreneuriat faisait partie de mon ADN, j’ai cherché ce qui n’allait pas chez moi! Je ne me souviens pas avoir vraiment su ce que je voulais faire dans la vie. J’étais très forte à l’école, studieuse et travaillante. Conséquemment, le système de l’époque a fait en sorte qu’on m’orientait toujours vers des études universitaires. C’est après des études en communication, politique et administration, lors de mon entrée sur le marché du travail, que j’ai vécu un choc qui, avec le recul, était prévisible.

Ne comptant pas les heures, je gérais les mandats qu’on me confiait comme si je dirigeais ma propre « business ». Ce fut un passage professionnel rempli d’apprentissages, mais très douloureux. Mon attitude dérangeait et je ne comprenais pas pourquoi. Et puis, je ne voyais pas le jour où j’aurais accès aux responsabilités du patron… Jusqu’au moment où j’ai réalisé qu’en fait, c’est que j’étais une entrepreneure! J’ai côtoyé de nombreux entrepreneurs dans le cadre d’un mandat au sein de la chambre de commerce et pendant la réalisation de ma maîtrise en gestion à HEC. Pour la première fois, je me suis reconnue dans ce « prototype » humain, dans ces dirigeants d’entreprise. Ce n’était donc pas une maladie, au contraire, j’avais tout simplement un profil entrepreneurial très fort!

La découverte du domaine financier

Mon passage dans le domaine financier est presque un accident de parcours. Bien que j’aie une facilité naturelle avec les chiffres et comptant alors dix ans d’expérience en gestion, j’avais toujours associé les finances à des emplois routiniers dans de grandes institutions. C’est lors d’une rencontre avec Alain Latulippe, lui-même planificateur financier, durant laquelle il devait me mettre en contact avec des chefs d’entreprises n’ayant pas de relève, que tout s’est déclenché. J’ai découvert une opportunité, celle de pratiquer une profession qui me permettrait d’accompagner les gens vers l’atteinte de leurs objectifs. Je les aiderais à optimiser leur structure financière et fiscale, le tout en évoluant de façon indépendante et en exploitant mes forces: créer des relations, faire de la stratégie, calculer, planifier, organiser, communiquer et, je dirais même, aimer les gens. Tout me rejoignait!

Née pour être entrepreneure et planificatrice financière

Me voilà donc  , une profession qui cadre à merveille avec ma personnalité entrepreneuriale et mon désir d’engagement envers les gens. Me voilà maintenant à conseiller des chefs d’entreprises quant à leurs stratégies financières, fiscales et successorales; des gens avec qui je parle le même langage. Et pour couronner le tout, me voici en train de développer ce projet de blogue financier pour me permettre de communiquer et d’écrire sur un sujet qui me passionne.

« Être sur son X », c’est donc possible, et ce, même suivant un parcours rempli de détours et guidé surtout par l’intuition.

J’ai la conviction que la planification financière intégrée est totalement passionnante. Il existe des milliers de planificateurs financiers au Québec, mais je souhaite bien être celle qui vous donnera le goût de parler d’argent et de finances et ce, sans tabous ni trompettes!

Pour une stratégie et des finances réfléchies, pensez à Sandy 🙂

Sandy Lachapelle
Planificatrice de finances intelligentes

 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *