La déductibilité des intérêts joue pour beaucoup. « Il y a les bonnes et les mauvaises dettes. » Celle-là, vous l’avez sûrement déjà entendue. Mais qu’en comprenez-vous?

Intérêts non déductibles : mauvaise dette

De façon plus technique, une mauvaise dette présente une caractéristique importante : la non-déductibilité des intérêts. Selon la Loi de l’impôt sur le revenu, les intérêts sont considérés comme une dépense non déductible, à moins de répondre à certaines caractéristiques énoncées à l’alinéa 20(1)c) :

 

  • la somme des intérêts doit être payable ou payée en exécution d’une obligation légale de le faire,
  • la somme doit être raisonnable,
  • l’argent emprunté doit avoir pour but de tirer un revenu d’entreprise ou de biens.

 

C’est pourquoi les intérêts sur des emprunts de consommation ne sont pas déductibles. Les intérêts payés sur votre hypothèque ne le sont pas non plus, car elle vous a permis d’acquérir un bien exonéré d’impôt.

D’un point de vue fiscal, vous devez donc privilégier de rembourser les prêts dont les intérêts ne sont pas déductibles, et ensuite utiliser le crédit disponible pour réemprunter à des fins d’investissement.

REER, CELI ou REEE

Naturellement, si vous empruntez pour investir dans un REER, un CELI ou un REEE, vos intérêts ne sont pas déductibles. Lorsque vous utilisez , vous devez savoir qu’au Québec, les intérêts payés sont déductibles uniquement si vos placements ont un rendement positif. Vous devez donc être capable de vivre avec le risque de payer des intérêts même si vos placements ne prennent pas de valeur.

Emprunter personnellement pour son entreprise

Notez que si vous empruntez personnellement pour investir dans votre propre compagnie, les intérêts ne sont pas déductibles, sauf si vous achetez des actions vous donnant droit à une expectative raisonnable de tirer un revenu de dividende. Il importe donc de bien vous faire conseiller à cet effet par un professionnel.

En conclusion, payer des intérêts pour aller dans le Sud à crédit, c’est non! Mais si vous voulez vous enrichir, vous gagnerez à augmenter les « bonnes dettes ».

Je vous proposerai bientôt un billet sur la mise à part de l’argent, une stratégie qui permet de transformer certaines mauvaises dettes en bonnes dettes !

Pour aller plus loin :

Des questions sur le sujet?

Sandy Lachapelle
Planificatrice de finances intelligentes

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *