Cet automne, j’ai vécu une expérience qui m’a sortie de ma zone de confort en participant au tournage de l’émission de télévision Le Club Mel diffusé à Canal Vie. Comme le sujet portait sur le couple et l’argent, on m’a invitée comme planificatrice financière à témoigner de cas où amour et argent peuvent faire bon ménage. Un débat très chaud; certains invités prônant l’indépendance financière et d’autres se positionnant pour la fusion des finances. Je vous explique pourquoi j’ai accepté, je vous partage mon point de vue – tiré de ce que je constate dans ma pratique – et je vous partage quelques découvertes. Qu’est-ce qui fait que ça fonctionne pour certains couples et non pour d’autres? Je vous partage mes constats.

Faire finances communes, oui ça marche!

J’ai accepté avec plaisir l’invitation à la discussion, car je suis bien placée pour faire le constat que la fusion des finances dans un couple est possible et peut être positive. Bien que dans les médias – sensations obligent – nous entendions souvent parler de cas juridiques où séparation, déchirure et argent sont au rendez-vous, je vois toutes les semaines parmi mes clients des situations dans lesquelles la gestion des finances communes fonctionne très bien.

Je constate que parmi mes clients qui réussissent le mieux financièrement, ce sont ceux qui ont une facilité à parler d’argent ensemble. Ils ont une relation que je qualifierais de dépersonnalisée, ou de moins émotive, par rapport à ce sujet, qui est d’ailleurs loin d’être tabou dans ces couples heureux.

Ce n’est pas le cas dans votre couple? L’argent est peut-être un sujet tabou, alors voici une solution pour vous.

Un guide de survie pour votre couple

Sur le plateau de tournage, j’ai rencontré Hélène Belleau et Delphine Lobet, les deux auteures du livre L’amour et l’argent : guide de survie en 60 questions. Un guide facile à lire que je vous suggère sans hésitation. Ainsi, si dans votre couple l’argent et l’amour font moins bon ménage, soyez assurés que ce bouquin vous aidera à prendre du recul sur ce sujet et à le considérer sous un angle plus pragmatique.

Le partage des dépenses dans le couple

Le livre aborde aussi la fameuse question qui m’est posée régulièrement : « Comment devrait-on partager les dépenses dans le couple? » Sachez qu’il n’y a pas une méthode magique et universelle. Les auteures présentent donc les principales méthodes utilisées au Québec, avec leurs avantages et désavantages. Dans le cadre des planifications financières que je réalise avec mes clients, c’est inévitablement un sujet qu’on aborde, notamment pour les nouveaux couples plus jeunes ou ceux des familles recomposées qui ont chacune leurs réalités propres. On finit toujours par trouver l’arrangement dans lequel les deux personnes sont à l’aise, en tenant compte des valeurs particulières de chacun.

Le couple, l’argent et… le gouvernement!

La deuxième partie du livre est très intéressante (Ménage à deux et ménage à trois). Les auteures y expliquent comment ce troisième joueur qu’est l’État s’invite dans votre couple. Cette section rejoint aussi l’argument que j’ai soutenu pendant le tournage. Que vous le souhaitiez ou non, vos finances sont imbriquées le jour où vous accédez, au sens de l’État, au statut de conjoint de fait.

Si par principe dans votre couple vous gérez « chacun pour soi », il y a des chances que votre situation ne soit pas optimisée au niveau fiscal. L’État, dans sa distribution de revenus et allocations, considère que vos revenus sont partagés dès que vous devenez conjoint de fait. Ce qui, soit dit en passant, peut arriver même si votre conjoint et vous n’habitez pas à la même adresse (je vous écrirai un billet à ce sujet)! Ou encore, si un des conjoints gagne plus que l’autre, il pourrait être plus logique fiscalement de cotiser dans des REER au nom du conjoint pour optimiser la fiscalité de la retraite. Ce ne sont que deux exemples qui démontrent la nécessité d’avoir des stratégies conjugales dès que l’on est considéré comme étant des conjoints de fait.

Les risques à la fusion de l’argent dans le couple

Je suis convaincue que de déployer une planification financière en couple est un réel avantage, tout en reconnaissant les risques de certaines stratégies pour un des deux membres du couple lorsque les revenus sont inégaux.

Comme Belleau et Lobet le soulignent, ce sont dans la plupart des cas (couples hétéros) les femmes qui sont désavantagées, et ce pour deux raisons. Bien sûr, il existe encore un écart de rémunération entre hommes et femmes, même pour des responsabilités comparables. Toutefois, les auteures discutent d’un élément que je peux confirmer grâce à ma pratique. Qui dans le couple dépense pour quoi? Les femmes ont tendance à faire des achats pour les dépenses familiales (l’entretien de la maison, les vêtements, l’épicerie, les couches du petit dernier), alors que les hommes sont souvent les propriétaires des investissements, des biens matériels ayant plus de valeur (le chalet, les voitures). Et oui, même si les femmes font plus d’argent aujourd’hui, elles l’investissent instinctivement dans le bien-être de la famille, ce qui malheureusement ne garantit ni une sécurité financière ni une retraite confortable.

Se marier pour se protéger financièrement?

Dès que j’aborde cet état de fait avec mes clients, ils me demandent si finalement le mariage est une meilleure option pour régler le problème (c’est souvent Madame qui pose la question, avec ce que je soupçonne être quelques espoirs de princesse intérieure, ce qui est bien cute!). Ma réponse : vous vous marierez pour le plaisir! Optez plutôt pour un contrat de vie commune. Oui, le patrimoine familial instauré au jour du mariage est un avantage par rapport au statut de conjoint de fait. Mais, dans tous les cas, des documents légaux sont nécessaires pour personnaliser votre entente. Le guide de survie en 60 questions fait aussi un excellent résumé des options qui s’offrent à vous.

Vous trouverez même dans ce livre un modèle de ce que les auteures appellent « votre plus grande lettre d’amour ». De mon côté, je recommande formellement, et dans tous les cas de consulter un notaire. Qu’on se marie ou non, même recommandation : donnez-vous le plus beau des cadeaux et signez les documents légaux qui consigneront vos volontés quant au partage des dépenses et celui des biens en cas de rupture d’union. Personne n’aime penser à la fin possible d’une relation amoureuse. Mais faire un testament ne fait pas mourir, tout comme signer une convention de vie commune ne provoque pas une séparation.

L’important, c’est de parler d’argent et de valider si, en équipe, vous voulez vous enrichir.

Si vous êtes abonnés à Illico, vous pouvez revoir l’émission sur l’argent et le couple ici.

Des questions? Posez-les moi!

PS  J’ai au bureau un exemplaire du bouquin que je vous prêterai avec plaisir! Sinon, vous le trouverez dans toutes les libraires.

PS2  Plus d’informations ici : https://www.facebook.com/amouretargent/

PS3  Je pense pouvoir prédire la durée de vie d’un couple à la façon dont il parle d’argent. #jevouslaissesurunebombe!

Sandy

 

Crédit photo :  A L L E F . V I N I C I U S Δ on Unsplash

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *