On entend souvent dire que les enfants coûtent cher. Eh bien, croyez-le ou non, il existe une façon de s’enrichir « grâce à eux ». Que vous soyez parents ou grands-parents, que vous comptiez ou non financer 100 % des études postsecondaires de vos enfants, le régime enregistré d’épargne-études (REEE) représente une opportunité de rendement difficile à battre. D’ailleurs, j’en ai parlé avec deux collègues dernièrement durant un webinaire axé sur les stratégies et astuces pour s’enrichir. Nous l’avons enregistré, alors vous pouvez en bénéficier dès maintenant.

Qu’est-ce que le REEE au juste?

Dans le cadre du REEE, le souscripteur et le bénéficiaire ont des rôles bien définis. Le souscripteur (parent, grand-parent, tante, parrain, peu importe) cotise au régime. Les placements qu’il peut alors détenir sont les mêmes produits que dans un autre portefeuille :  des actions, des obligations, des parts de fonds commun de placement ou de FNB, et ainsi de suite.

Les subventions, un grand plus à l’épargne-études

Le bénéficiaire, à qui les études seront payées par les fonds du REEE, bénéficie également d’un soutien gouvernemental par le biais des subventions gouvernementales qui se veulent des incitatifs à épargner pour les études des enfants : la subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE).

Peu importe votre situation familiale, les sommes investies dans un REEE profitent d’un rendement d’au moins 30 %. Et ce, avant même que l’argent croisse dans un produit d’investissement.

Le plafond cumulatif des cotisations à un REEE est de 50 000 $ par bénéficiaire. Qui plus est, le régime peut être ouvert pendant 35 ans.

Voyez-vous déjà le potentiel?

L’avantage fiscal du régime enregistré d’épargne-études

Pour le souscripteur, bien qu’aucune déduction fiscale ne découle d’une cotisation REEE, il est possible de différer de l’impôt sur les revenus de placement, et ce, tant que l’argent demeure dans le régime. Avec un plafond de 50 000 $ par enfant, les possibilités de placements fiscalement avantageux peuvent s’avérer importantes pour une famille. Très importantes! Vous avez peut-être ainsi, sans le savoir, plus « d’espace » dans un REEE familial que dans votre CELI. Pensez-y!

Une fois que le versement des paiements d’aide aux études (PAE) est effectué, les subventions et gains sur placement sont imposés, mais dans les mains du bénéficiaire qui ne paiera probablement pas d’impôt (dans presque tous les cas). On peut alors parler d’une certaine forme de fractionnement de revenu.

Comme les PAE ne comprennent pas les cotisations versées par le contributeur du REEE (généralement les parents), ce dernier peut les reprendre sans impact fiscal et les utiliser à sa guise. Par exemple, pour cotiser à son REER.

Cotisation forfaitaire ou cotisations régulières?

Le REEE ne comporte pas de limite de cotisation annuelle tant que vous demeurez à l’intérieur du plafond par bénéficiaire. Toutefois, les subventions, qui peuvent atteindre 10 800 $ par enfant au Québec, sont calculées sur une cotisation maximale de 2500 $ par année. Si vous disposez de placements non enregistrés, il est donc approprié de se demander s’il est plus avantageux de profiter du rendement à l’abri de l’impôt et des intérêts composés en cotisant 50 000 $ à la naissance d’un enfant, ou encore, en étalant les cotisations pour maximiser les subventions.

À noter : à moins d’avoir la certitude d’obtenir un rendement annuel dépassant 4,5 %, il serait alors plus stratégique de prioriser les cotisations annuelles. Une étude de cas le démontre bien, laquelle a été effectuée par une experte pour examiner et comparer une stratégie d’investissement REEE.

Mettre en place une stratégie familiale

Le but de mon article n’est pas de faire une évaluation des REEE de type collectif, par exemple le bon vieux Universitas que tout le monde connait, ou ses compétiteurs, qui ont souvent fait la une dans les dernières années. Disons seulement que, pour mettre en place une stratégie efficace incluant des décaissements facilités, un REEE géré par une société de placements, par un assureur ou par une banque est à prioriser.

Puisque les cotisations appartiennent toujours au souscripteur, il est possible de faire travailler en double ou même en triple (combien avez-vous d’enfants ou petits-enfants?) le même argent. Ainsi, dès que le plus vieux est admissible aux PAE, il est possible de retirer et de cotiser au régime pour le plus jeune, et ainsi de suite, pour maximiser les subventions. Et bien sûr, à la fin, vous pourrez reprendre les cotisations effectuées. Qu’en ferez-vous? Cotisez à votre REER!

L’aide précieuse d’un conseiller

La stratégie idéale est de profiter du 50 000 $ pour chaque enfant : 16 500 $ l’année de la naissance, ensuite 2500 $ pendant 13 ans et une dernière cotisation de 1000 $ à 14 ans. Mais, comme pour de nombreuses stratégies, il faut s’adapter à votre planification financière globale.

C’est ce qui rend nécessaire selon moi de travailler avec un conseiller. Ce dernier pourra entre autres calculer les subventions qu’il vous sera possible de rattraper chaque année. Si votre enfant n’a pas encore 10 ans, vous n’êtes pas en retard, même si vous avez perdu 10 ans de rendement à l’abri de l’impôt. Et en réalité, avec l’aide d’un conseiller, vous irez chercher toujours tout ce qui est possible dans chaque situation.

Oui, mais si…

Mais si mon enfant ne poursuit pas ses études?

Mais si je ne veux pas payer toutes les études de mes enfants ?

J’entends aussi souvent ces questions dans mon bureau. Et ce sont pour moi de fausses objections. Premièrement, vos enfants ne sont pas obligés de savoir que vous avez accumulé 100 000 $ dans un REEE à leur nom. Vous aurez toujours la liberté de choisir le montant d’aide que vous leur donnerez réellement, car les retraits peuvent être déposés dans votre propre compte bancaire.

Par ailleurs, sachez que les REEE privés peuvent verser des PAE pour tous les programmes d’enseignement postsecondaire, ce qui inclut notamment les programmes d’études professionnelles. Et dans le pire des cas, vous aurez bénéficié d’un report d’impôt sur le rendement de vos placements et vous reprendrez vos cotisations ou les transférerez dans un REER.

Ces craintes ne justifient pas de se priver d’un rendement immédiat de 30 % et des avantages fiscaux sur au moins 17 ans. Profitez-en, au contraire, pendant que ça existe encore…

Un outil d’enrichissement avantageux pour toutes les familles

Vous avez donc compris que pour les familles à valeur nette élevée, le REEE doit être envisagé comme une stratégie patrimoniale, sans aucun doute. Mais qu’en est-il si vos revenus sont plus modestes? Le REEE demeure également une solution incontournable.

Premièrement, vous aurez potentiellement droit à certaines subventions supplémentaires. De plus, il est possible d’utiliser un « prêt REEE » lors d’années où les liquidités sont plus difficiles. Le but est de maximiser les montants des subventions auxquels vous avez doit, ou même de récupérer ceux des années perdues.

En conclusion, il ne fait AUCUN DOUTE à mon esprit qu’en cette période de surconsommation, le REEE est le plus beau cadeau que vous pouvez offrir à votre famille et à votre portefeuille.

Parents et grands-parents, parlez-vous : c’est le moment de vous concerter, car bien que plusieurs REEE peuvent être ouverts pour un même enfant, il faut se coordonner pour maximiser les subventions annuelles.

Et rappelez-vous! Demandez à votre conseiller de vous guider dans cette démarche et visez une planification financière globale. C’est le meilleur investissement que vous puissiez faire pour enrichir votre famille.

Sources :

https://linstantia.ia.ca/saviez-vous-que-pret-reee

https://iaa.secureweb.inalco.com/cw/-/media/documents-repository/individual-insurance-savings-and-retirement/individual-savings-and-retirement/2019/06/prod11046123.pdf?__hstc=244443866.327ccb029e89c666caf9d101c9e89e40.1606182047239.1606182047239.1606182047239.1&__hssc=244443866.2.1606182047240&__hsfp=707654718

https://www.manuvie.ca/particuliers/planifier-et-apprendre/evenements-marquants/famille/quatre-mo yens-legs-petits-enfants-pour-leurs-etudes.html

Photo by Joshua Hoehne on Unsplash

2 Comments

  • Bonjour Madame Lachapelle,
    Je découvre ce matin votre bloque et je m’en réjouis. Vos articles sont clairs, pertinents et agréables à lire.
    Je souscris, en tant que grand-parent au REEE de mes deux petits-enfants âgés de 4 ans et 1 1/2 an, a raison de 2500$ annuellement.
    J’ai trouvé très intéressant votre stratégie de 16,500$ à la naissance. Est ce encore le bon moment et quelle serait la stratégie actuelle à adopter compte tenu de leur âge? Est ce que cette stratégie est valide pour un rendement x, par exemple comme celui que vous suggérez de 4.5% si l’investissement est de 50,000$ à la naissance?
    J’ai un autre question. J’ai remarqué que les subventions fédérales sont versées annuellement mais que les subventions provinciales n’ont pas été versées en 2019, 2020 et 2021! J’en ai fait la remarque à RBC qui gère le compte et on m’a dit que ce retard est la pratique au niveau provincial…que faire?
    Merci, je continuerai de suivre vos articles avec intérêt et j’envoie le lien à mes enfants😊

    • Merci pour vos bons mots ! Beau cadeau à offrir à vos enfants et petits-enfants, ils sont choyés ! Nous vous écrirons en privé pour vos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *